Le blog quotidien superfétatoire et sporadique de
Silvano Mangana. Maison de confiance depuis 2007.

samedi 29 septembre 2012

Kubrick


1 commentaire:

écureuil René a dit…

Keir Dullea si beau, si mystérieux.
Encore plus beau et mystérieux dans "David and Liza" de Frank Perry en 1962 et dans "Bunny Lake is missing" d'Otto Preminger en 1965.
Pourquoi donc a-t-il si peu fait de cinéma?